Versant noctambule et électronique des concerts à la Villa Noailles, les MIDI Night présentées par la Red Bull Music Academy depuis l’an dernier, se dérouleront Route des Marais les vendredi 21 & samedi 22 juillet de 23.00 à 3.30. Focus sur la programmation de ces secondes parties de soirée…

Au programme de la première MIDI Night de cette édition : la légende Egyptian Lover et les 5 ans du label parisien Antinote.

Légende du rap américain et précurseur des musiques électroniques dans les années 1980, l’Américain Greg Broussard, plus connu sous l’alias d’Egyptian Lover, atterrira de Los Angeles pour un set dont il a le secret et où les sonorités hip-hop et son funk vocoderisé se mêleront aux beats de sa vieille Roland TR-808. 

À ses côtés, le label parisien Antinote viendra fêter ses 5 bougies en présence de son co-fondateur,  Quentin Vandewalle alias Zaltan, qui partagera pour l’occasion les platines avec son complice de longue date, le digger bruxellois Raphaël Top-Secret et Nico Motte alias Check Morris, grand collectionneur de synthés, également responsable de l’identité visuelle d’Antinote.

Samedi 22 juillet, la seconde MIDI night sera l’occasion de (re)découvrir le producteur techno berlinois Objekt, les deux frères néo-zélandais Chaos In The CBD et Jo.z., figure active de la nuit marseillaise.

Ancien développeur chez Native Instruments, Objekt  s’est imposé, depuis son installation dans la capitale allemande, comme un des DJ phares de la scène berlinoise. En une poignée de sorties, cet ancien de participant de la Red Bull Music Academy New York  2013, s’est forgé une solide réputation au travers une techno aussi hypnotique qu’intransigeante, participant à repousser les frontières du genre.

Ben et Louis Helliker-Hales, deux frères néo-zélandais originaires d’Auckland désormais basés à Londres et opérant sous le nom de Chaos In The CBD viendront quant à eux présenter leur approche personnelle de la house, mêlant rythmiques tribales, groove profond et son nineties.

Jo Aposto, alias Jo.z, booker et DJ résident du célèbre club techno de la citée phocéenne, le One Again, sera également de la partie, pour un set éclectique au cours duquel jungle, ambient et house côtoieront des notes jazzy, disco ou funk, piochées au hasard de la collection de cet amoureux indéfectible du vinyle.

Vivement MIDI festival 2017 !

photographie Brendan Goco