GWENDOLINE

Qu’importe qu’ils crachent sur la gentrification, s’en prennent aux postures de la scène underground, racontent les aléas d’un quotidien assommant ou donnent “rendez-vous au PMU à 8 heures du matin”, le temps d’un Audi RTT à entendre comme un hymne désabusé et générationnel : Pierre Barrett et Mickaël Olivette donnent systématiquement l’impression de chanter ces petits plaisirs simples qui lézardent les solitudes. Avec leur premier album, Après c’est gobelet !, le duo nanto-rennais a réussi à formuler une œuvre qui doit autant aux Buzzcocks et à A Certain Ratio qu’à Bérurier Noir et à la new-wave. Convaincus de leurs forces, les deux complices ont même donné un nom à leur musique : la “shlag wave”. Ou comment, en neuf morceaux, offrir une bande-son à la France en marge : celle qui passe ses soirées à “nique son RSA”, écume les nuits dans l’idée de noyer son spleen et envisage chaque pogo comme un moyen de survie.

 
Category
23 juillet, Olbia